Islande

     Une collègue de travail est allée passer une longue fin de semaine sur cette île il y a 2 ans.  J'ai vu les photos et je me suis jurée d'y aller en 2014.

     Nous y voici, nous sommes 3 et ferons le tour de l'île en voiture.

     Nous avons prévu une semaine seulement pour voir le maximum de paysages.   Nous ne pourrons pas aller vers le centre car les routes ne seront pas encore toutes réouvertes et nous manquerons de temps.

Reykjavik
Reykjavik

     Nous y voilà!  Vendredi, 30 mai à 05h30.  Vol de nuit qui s'est bien passé.

 

     On change notre argent à l'aéroport. Taux de change pour 1$CAN = 103ISK (couronnes islandaise) et 1­€ = 153ISK.

 

     La compagnie avec qui on a fait affaire pour la location d'auto (SadCar), vienne nous chercher.  On prend possession d'une Toyota - Yaris avec déjà 198 000 km à l'odomètre.  Ça sera notre "zézette" (comme je l'appelle) pour la semaine.

 

     On se trouve une place pour déjeuner dans le village Njarðvík, tout près de l'aéroport à Keflavík.  Surprise!  On se rend compte que tout ouvre tard.  Parfois 10h00 et même midi.  Même la station service n'ouvre qu'à 07h30.  On déjeune dans un hôtel, Icelandair Hotel.

 

     Ensuite, on va relaxer au Blue Lagoon vers les 10h00.  On avait acheter les billets d'entrée quelques jours avant via internet, on sauvait 2€.

 

     On quitte le Blue Lagoon pour se diriger vers Reykjavik.  En chemin on s'arrête pour faire l'épicerie.  On se fait des lunchs le midi et le soir on se gâte au resto.  On a besoin aussi pour 2 déjeuners.  Je crois que le supermarché le moins cher est le Bónus.

 

     Rendu à Reykjavik, on prend quelques photos de la ville en étant sur le Perlan Restaurant.  Belle vue!  On en profite pour dîner.  Petit tour de ville rapide car on est tous très fatigués.  Sur la liste: Cathédrale Hallgrímskikja, passé près du lac Tjörnin et devant le parlement et Landakot church.  Le centre de la ville à l'air vraiment cute à s'y promener et flâner.  Malheureusement on est épuisé et on va à notre guesthouse Borgartun.

 

     L'Islande a une population d'environ 320 000 habitants, dont 119 000 demeurent à Reykjavik.

Seljalandsfoss
Seljalandsfoss

     Le lendemain matin, on va prendre en photo le Sólfar et la maison Höfdi où se sont rencontrés Reagan et Gorbachev à la fin de la guerre froide (novembre 1986).

 

     En route pour le Cercle d'or.  C'est un circuit touristique classique qui comprend le parc national Þingvellir, la cascade Gulfoss et Geysir.  Dans le parc national Þingvellir, il y a la vallée d'effondrement causée par l'écartement des plaques eurasienne et nord-américaine.  Les plaques s'écartent de 1 à 18mm par an.  Il y a aussi la rivière Öxará et sa chute Öxarárfoss.  (foss = chute)  C'est dans ce parc que les Vikings fondèrent le premier Parlement démocratique en 930.

 

     On continue notre route pour aller à Geysir.  C'est de son nom que vient le terme "geyser".  Aujourd'hui Geysir jaillit 2 à 3 fois par jour, c'est celui qui va le plus haut.  Pour notre plaisir, il y a le Strokkur qui jaillit à presque tous les 5-6 minutes entre 15 à 30 mètres de haut.

 

     Les geysers se forment lorsque de l'eau chauffée par la géothermie se retrouve piégée dans d'étroites fissures.  L'eau de surface se refroidit, tandis que l'eau souterraine devient de plus en plus chaude, jusqu'à entrer en ébullition et se transformer en vapeur d'eau dont la pression projette en hauteur l'eau plus fraîche.

 

     En continuant sur la route 37, on arrive à Gulfoss.  Double cascade, haute de 32 mètres.  Il fait un peu soleil, donc nous avons droit à un arc-en-ciel .

 

     En revenant sur nos pas, on repasse devant Geysir et le Strokkur jaillit devant nous.  Au revoir!

 

     On descend vers le sud par la route 35.  À Selfoss, on prend la route 1 (qui fait le tour de l'île).  On fait un arrêt pour voir Seljalandsfoss.  On peut marcher derrière la chute.

 

     Quelques kilomètres plus loin, à Skogar, il y a la spectaculaire Skógafoss, 62 mètres de haut.  On est impressionné comment c'est vert autour de nous.  Il y a plein de moutons partout.  C'est magnifique!

 

     On continue à notre destination finale de la journée, Vík í Mýrdal (300 habitants).  On va à notre nouvelle guesthouse Reynir.  La dame nous accueille avec un sourire (malgré cette pluie qui nous tombe dessus depuis un moment) et est très serviable.  Elle se renseigne pour nous, à savoir si le site Dyrhólaey est ouvert.  Malheureusement pour nous, ça ferme à 19h00 et il est tout juste dépassé cette heure.  C'est, je crois bien, le seul endroit où il y a des heures d'ouverture.  On décide d'aller souper au Halldórskaffi...très bon choix.  C'est succulent!  J'ai choisi de l'agneau et mes amis du poulet...Miam! Miam!

 

     Après le souper, malgré la pluie on décide d'aller se promener sur le bord de la mer.  Il pleut, il vente, mais on prend quelques photos quand même.  La plage volcanique est de sable et de roches noirs.  La région Reynisfjara a d'incroyables orgues basaltiques et les falaises alentour sont percées de grottes de basalte.  Fini pour aujourd'hui, dodo avec la déception de ne pas avoir vu de macareux moines.

Jökulsárlón
Jökulsárlón

     Notre 3e journée est celle où on fera le plus de kilomètres.  Environ 440km de route avec quelques arrêts.

 

     Donc levé très tôt et sans prendre tout de suite notre déjeuner, on roule jusqu'à Kirkjubæjarklaustur, à 1 heure de route de Vík.  Arrêt pour déjeuner, faire le plein d'essence.  Surprise! La station service ouvre à 09h30.  Ça vallait la peine de se lever tôt!!!

 

     Il y a 2 façons de payer l'essence: par carte de crédit ou par carte prépayée.  Ils ont des cartes de 3000, 5000 et 10 000 ISK.

 

     On attendra l'ouverture de la station car on veut en profiter pour acheter notre café et utiliser les toilettes avant de poursuivre notre route.

 

     Tout près il y a les colonnes de basalte de Kirkjugólf à voir.  Aplanies et comme cimentées par la mousse, on a jadis pensé à un sol d'une église, mais il s'agit bel et bien d'une oeuvre naturelle.

 

     On revient à la station service pour faire le plein, café et toilettes et on continue notre chemin jusqu'à Skaftafell.

 

     Ici, 2 belles randonnées à faire.  Une pour aller voir la chute Svartifoss qui est entourée de colonnes de basalte noir et une pour le glacier Skaftafellsjökull.  Nous faisons les 2 randonnées avec un dîner entre.  Une pluie fine pour notre première randonnée qui arrête, qui repart à toutes les 5 minutes...c'est ça l'Islande!  Pour la 2e randonnée on a du soleil pour l'allée et quelques nuages au retour.

 

     On reprend la voiture pour aller à Jökulsárlón, voir les icebergs et quelques phoques.

 

     Les icebergs se détachent du Breiðamerkurjökull, une ramification du Vatnajökull (plus grande calotte glaciaire de l'Islande) et dérivent vers la mer.  Certains icebergs flottent pendant 5 ans dans la lagune de 17 km² et 600 m de profondeur.  Cette lagune a 75 ans.  Jusqu'en 1932 le glacier atteignait la Route circulaire, désormais il recule rapidement et la lagune s'étend à vive allure.


     Maintenant dernier objectif, se rendre jusqu'à Egilsstaðir (240km de route).  On décide de souper en chemin car il sera trop tard à Egilsstaðir.  Donc arrêt à Höfn (1640 habitants), village de pêcheurs, pour souper au Kaffi Hornið.  Encore une fois c'est succulent et on commence à croire que tout restaurant-café est un excellent choix.

 

     Bien mangé, on continue jusqu'à notre prochain hébergement à Egilsstaðir (2250 habitants).  La route contourne plusieurs fjords.  C'est magnifique comme paysage, surtout qu'il fait soleil.  Mais l'heure avance et je remarque qu'il y a un raccourci si on prend la route 939, on sauve au moins une soixantaine de kilomètres.  On s'engage sur la route 939 qui est maintenant une route en gravier. Et oh! Ça monte. Ça monte!  Aïe! Aïe! Aïe! En fait, on passe un col.  La voiture est en première vitesse et elle en arrache mais tient le coups.  Et plus on monte, plus on entre dans les nuages, jusqu'à ne plus rien voir devant.  Ça ne parle plus beaucoup dans la voiture et on est tous nerveux.  On continue nos grands "S" jusqu'en haut de la montagne et on redescend.  Par chance on ne croise aucune voiture.  Finalement, après des minutes interminables, on sort des nuages et ça se détend dans la voiture.  On en rit maintenant que le danger est derrière.  Bravo pour le raccourci!

 

     On arrive vers les 22h15 au Stora Sandfell Rooms and Cotttages Resort.  On est accueilli avec le gros sourire (malgré l'heure) et on est émerveillé par l'endroit où on passera la nuit.  Petite cabane en bois tout équipée avec montagnes derrière.

Bonne nuit!

Dettifoss
Dettifoss

    Jour 4:  L'horaire étant moins chargé, on se lève un peu plus tard, on prend le temps de déjeuner calmement dans notre petite cabane en bois, on prend quelques clichés des alentours et on saute dans notre zézette pour aller voir un fjord dans l'est de l'île.

 

     Pour s'y rendre nous devons encore une fois passer un col, mais cette fois-ci beaucoup moins à pic et aucun nuage.  C'est magnifique!  On trip de voir la neige tout autour (comme si on en n'avait jamais vu...ils sont fous ces canadiens dirait Obélix).  On voit une petite rivière, des chutes et oh! Le fjord!

 

     C'est le Seyðisfjörður.  Village de pêcheurs et surtout une communauté bohème d'artistes, de musiciens et d'artisans.  Il y a 700 habitants dans ce village aux maisons de bois multicolores.

 

     On revient sur nos pas pour reprendre la route 1, direction Mývatn.  Tout le long de la route, on a des décors qui sort de l'ordinaire.  Après 1h30-2h00 de route, on arrête pour dîner et on va ensuite voir la Dettifoss.

 

     Cette chute est une des plus impressionnantes de l'Islande.  Elle mesure 44 mètres de hauteur, elle voit s'abattre 193 m³ d'eau par seconde, nulle autre chute n'a un débit supérieur en Europe.  Durant les jours ensoleillés, on peut voir deux arcs-en-ciel.  Et nous on a quoi comme journée?  Du soleil!

 

     Ensuite on marche vers la Selfoss qui se trouve à 1.5 km de la Dettifoss.  Une autre cascade de 11 mètres de haut.  Clic! Clic! Clic! On prend des tonnes de photos.  On ne se tanne pas de voir des chutes.

 

     On reprend la voiture pour Krafla. C'était au départ le nom d'une montagne (818m), mais maintenant c'est le nom de la région, à une centrale géothermique et à l'ensemble des éruptions qui ont formé le plus impressionnant des champs de lave d'Islande.  La région est considérée comme active et la visite présente des risques, mais on marche dans les sentiers balisés.

 

     On commence avec le cratère Stóra-Víti.  Au fond du cratère, il y a un lac d'un bleu turquoise.  Ce cratère de 320 mètres de largeur est considéré inactif.

 

     On revient vers la route 1 pour aller tout près, vers un paysage lunaire aux tons ocre de Hverir.  Ici on voit des marmites de boue, des colonnes de vapeur, des dépôts de minéraux et des fumerolles.   Quel spectacle!

 

     Il est déjà rendu l'heure du souper.  On se dirige vers notre nouvelle guesthouse Stóru Laugar.  Wow! La chambre est très grande, la salle de bain également et dehors il y a un bain chaud pour se détendre.

Kálfaströnd
Kálfaströnd

     Pour notre 5e journée, il a plu qu'une fois....mais ça a duré toute la journée.  C'est triste car c'était une journée de randonnée pédestre tout autour du lac Mývatn.  Bah! On s'habille en conséquence et on en fait quand même le plus possible.

 

     On se rend en voiture au sud du lac, à Skútustadir.  Petite randonnée pour voir les pseudo-cratères.  Nous sommes en pleine période de nidification, donc on voit une belle variété de canards.

 

     On contourne le lac vers l'est en voiture et on s'arrête pour une autre randonnée à Höfði.  C'est un boisé avec fleurs sauvages, bouleaux et épicéas.  La rive est bordée de petites grottes et des colonnes de lave (Klasar), dont les plus célèbres sont les Kálfaströnd.  On fait la randonnée assez rapidement car il pleut beaucoup.

 

     En se dirigeant vers le nord, on s'arrête encore une fois pour voir les "châteaux noirs" de Dimmuborgir.  C'est un champs de lave et ses pics se sont formés il y a 2000 ans lorsque des cratères crachèrent de la lave par-dessus d'anciens champs de magma.  La nouvelle coulée se transforma en un lac bouillonnant, lorsque sa surface se figea, une couche superficielle se forma au-dessus du magma toujours en fusion.  Le toit était soutenu par des colonnes d'anciennes substances ignées et, quand le barrage eut enfin cédé, la lave en fusion s'écoula, laissant ces étranges formations sur place.

 

     On continue vers le nord.  Il y aurait le cratère Hverfell à gravir, mais comme il pleut toujours, on décide de ne pas le monter malgré notre envie (on va sûrement dire plus tard..."on aurait donc du"...mais bon).  On entre plutôt dans la grotte Grjótagjá.  Et dans cette grotte il y a de l'eau chaude.  D'après le Lonely Planet, l'eau serait à 45ºC.  On peut s'y tremper rapidement les pieds.  Mais c'est vraiment chaud.  Bien sûr on l'a fait.  Et après, on se sentait les pieds tout légers.  Comme s'ils étaient dans des pantoufles.

 

     On s'arrête dîner au Gamli Bærinn.  Ensuite, on retourne vers notre guesthouse, on profite de leur bain extérieur et on relaxe.  On prend notre souper à la guesthouse.  On a trouvé que c'était très cher pour ce qu'on avait.  On a été très déçu des légumes trop cuits et très mous.

Cheveaux islandais
Cheveaux islandais

     6e jour, on quitte Mývatn pour aller complètement dans l'ouest de l'île.  Aujourd'hui, on fait de la route.  Après 20 minutes de route, on s'arrête (ça va être long....) pour voir une AUTRE chute, la Godafoss.  Je vous jure qu'on la trouve belle.  Même si c'est notre "je ne sais plus combien" de chutes qu'on voit depuis le début du trajet.

 

     Ensuite on fait un petit arrêt pour voir la ville Akureyri qui est juste au bout d'un fjord.  C'est la 2e plus grosse ville d'Islande avec ses 17 750 habitants.  On poursuit notre route et on s'arrête pour dîner et ensuite on visite un petit musée de maisons au toit de tourbes.  Et on continue jusqu'à notre prochain hôtel: Hótel Bifröst.

 

     L'hôtel est dans un campus universitaire, la chambre est immense.  Tout près il y a un cratère à monter.  On y va avant de souper.  Ça compense pour le Hverfell qu'on n'a pas fait.  Souper à l'hôtel, c'était plus que délicieux!

 

     Après le souper, on décide de faire nos activités du lendemain matin pour pouvoir, à la place, faire une croisière à Reykjavik avant de quitter l'Islande.  Direction Reykholt, pour aller voir la plus grosse source chaude d'Europe, le Deildartunguhver.  Ensuite, devinez....eh oui!  Des chutes.  Encore une fois, elles sont magnifiques.  La Hraunfossar où l'eau sort du milieu de la paroi de la rivière et la Barnafoss.

 

     Retour à l'hôtel.

Macareux moine
Macareux moine

     Dernier jour (déjà!).  On déjeune à l'hôtel et on se dépêche pour aller à Reykjavik.  La seule chose qu'on regrette beaucoup, c'est de ne pas avoir vu de macareux moines.  On va s'essayer en faisant une croisière.  Arrivés au port, on demande au premier kiosque pour une croisière à 10h30.  C'est complet.  Deuxième kiosque aussi.  Troisième kiosque, il y a de la place pour la croisière de 10h00.  Il est 09h50.  On achète les billets, trouve un stationnement et on court au bateau.  C'est parti!

 

     Il y a une île pas trop loin et wow!  Plein de macareux moines.  On est comblé!  Et c'est comme ça pendant 1 heure.

 

     Il y a encore plein de choses à voir en Islande mais on est vraiment content de tout ce qu'on a pu voir en une semaine.

 

     C'est la tête remplie d'images qu'on se dirige vers l'aéroport de Keflavík.  On remet notre zézette qui a fait 1968.3 km avec nous.

 

     Comme vous pouvez le sentir on a adoré notre périple.  Et pour ma part, je peux dire que ce voyage fait parti de mon top 5.

 

     Bye! Bye! Islande.

Conseils et liens utiles

  • Pour la location d'auto, SADcar, les prix ne sont pas trop élevés mais attendez-vous à ce que la voiture ait beaucoup de kilomètrages.  Nous, elle avait déjà 198 000 km.  J'avais fouillé sur le net avant, et aucun commentaires négatifs par rapport à cette compagnie.  En cas de problèmes, il y a des services partout autour de l'île.  Et, en aillant une voiture avec déjà plusieurs égratignures et bosses, c'est moins voyant quand on reçoit des roches.  Pas besoin de permis de conduire international, le nôtre est accepté.

 

  • Pour faire le plein d'essence, les stations services N1 et acheter d'avance des cartes (3000 ISK, 5000 ISK et 10 000 ISK comme choix).  L'essence était à 246 ISK.

 

  • Prix de l'essence en temps réel.

 

 

  • Pour l'épicerie, on a privilégié le Bónus mais sommes allés aussi au Supermarché 10-11 et à Höfn on a choisi le Supermarché Nettó.  Pour économiser un peu, dans nos bagages on s'était apporté: sac de noix, barres tendres, fruits en canne, etc...

 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Pub....

De mes amis:

Condos à louer en Floride
Condos à louer en Floride